La Béance : “Notre troisième pilier”? (2)

par | Fév 10, 2021 | Croissance personnelle et réussite, Leadership, Vie spirituelle

Il meurt lentement

Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.Il meurt lentement celui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider. Il meurt lentement celui qui...

Apprivoiser le monstre

L’inconscient est tour à tour considéré comme la source du mal absolu, le danger à l’image des monstres sous-marins, et comme porte de communication entre l’Intelligence Infinie et l’Imagination créatrice.

Il est indispensable, le plus rapidement, et tout au long de la vie, de cheminer en conscience avec cet inconscient. D’apprendre à le fréquenter, le démystifier, à l’écouter, le décrypter, et s’en faire un ami. 

Il est également indispensable de l’habiter. Et c’est le rôle du St Esprit. De la même manière que le calculateur central, joint à la barre d’uranium permet de réguler le fonctionnement du réacteur nucléaire, et que celui-ci illumine la région par son énergie de manière sûre et optimale, ainsi me semble être le rapport fonctionnel entre ma volonté, mes actions et mon inconscient. L’inconscient est capable d’animer ou de paralyser, de transmettre ou de retenir, de faire réussir ou de suspendre le résultat.

Nous avons bon nombre de pouvoirs et de responsabilités nous les humains.

La divinité agît au travers de chacun d’entre-nous,  Elle nous insuffle, nous inspire, nous communique l’amour pour nous et le monde.

Parmi toutes les responsabilités que nous avons, il y en a une, majeure, que nous oublions, bien souvent, pour notre ruine finale.

Garder, cultiver, prendre soin de son « Coeur” (Coeur : dans le sens de ce qui nous meut).

« Garde ton coeur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie »

C’est la clef de l’intégrité, de l’unité de l’être, de l’amour et du don bénéfique de soi au monde.

C’est la clef de la vérité.

C’est un chemin que l’on ne fait jamais seul si on veut qu’il soit sûr. Bien que la société occidentale moderne ait promu l’individualisme, on en voit les limites tragiques, qu’elles soient conjugales, parentales, familiales, professionnelles, sociales, économiques, sanitaires, spirituelles, philosophiques, sociologiques, technologiques, scientifiques, etc…

De même qu’il y a des médecins, des ingénieurs, des professeurs, des ouvriers, des chefs d’équipe, des agriculteurs, des artisans de toutes sortes, des informaticiens, des vendeurs, il y a des Coachs, des Psychopraticiens, des Pasteurs, des Conseillers Spirituels/de vie et des Mentors.

Choisissez d’être accompagné le plus tôt possible dans votre vie. Les enjeux sont trop importants pour que vous traitiez cela de secondaire.

Tous ne sont pas bons, tous ne sont pas intègres, tous ne sont pas fondés sur une déontologie irréprochables, tous n’ont pas comme priorité leur « clients », tous ne sont pas « éveillés ».

Comment alors les reconnaître?

En matière d’accompagnement de vie/spiritualité et de mentorat : je recommande toujours d’examiner attentivement ce que nous dit notre « Coeur » à l’écoute, à la lecture, ou au visionnage de messages du/de la professionnel/le. Puis allez vers celui/celle qui vous semble le/la plus droit/e, le/la plus exigeante et le/la plus bienveillante. 

Tout cela à la fois. 

Evitez, au moins dans dans un premier temps, les « représentants officiels d’un Culte/ d’une Eglise ». Leur mission est claire : faire rentrer les moutons dans la bergerie. Et pour eux il n’y en a qu’une, la leur. On reconnait leur message car il est très centré sur l’Eglise, les doctrines ou les dogmes, la morale, et les sacrements. Non que tout cela soit mauvais en soi, mais ce n’est pas forcément la priorité, et en tous cas pas un accompagnement productif et satisfaisant.

Puis essayez, et ressentez. Il est impératif que vous sentiez « l’esprit de vérité » chez ce/cette accompagnant, et vous saurez le/la reconnaitre.