“Des choses nouvelles et des choses anciennes” (Chapitre 1 : Extraits)

par | Nov 5, 2020 | Bible et Interprétation, Vie spirituelle

Comment faire face au deuil?

Comment faire face et vivre le deuil? La question du deuil et des ressources mises en oeuvre pour le vivre en intégrité est actuelle. La mort que nous faisons tout pour combattre, est inéluctable.  Au cours de ces 10 dernières années, j'ai vu disparaitre deux de...

Trouver le bonheur grâce à la Foi.

Je crois profondément que nous avons été créé pour trouver la joie et le bonheur. Le Créateur nous a donné une partie de son pouvoir de création.  Tout, absolument tout chez l’être humain, tout est croyance. La rationalité n’existe que dans nos croyances. Nous sommes...

Couverture du livre

Mon parcours

Je suis né dans une famille Adventiste du 7ème jour, au début des années 60. J’étais l’aîné, pour la quatrième fois dans le cycle des générations de la famille paternelle. 

Mon arrière grand-père paternel était un pur Suisse-Allemand, de la campagne Zürichoise, un homme dur à la tâche et droit comme un I. Il avait été, là-bas, l’un des premiers convertis à la nouvelle religion, venue tout droit des USA. 

…..Son fils aîné HANS, s’était formé comme maître-relieur, avait adopté la religion de ses parents, et s’en fut en France, …où il connut sa femme, ma normande de grand-mère paternelle, ELISE.

…..Au début de la guerre naît leur premier enfant, ERIC. ….

…En 1960, pour son service militaire, il est …. à Alger, où il fréquente l’église Adventiste existante de l’époque et il fait la connaissance de sa future femme, ANDRÉE 

…..ERIC et ANDRÉE se marièrent en décembre 1962. …on proposa à mon père de devenir instituteur dans l’école primaire Adventiste d’Alger. Ce fut le début d’un parcours de missionnaires-employés de l’Eglise Adventiste ….

……C’est également à cette époque que plusieurs événements démoralisants directement liés à l’Eglise eurent lieu. ….

Au milieu de cette atmosphère délétère, fin 1969, la direction de l’église adventiste décida de fermer sa “mission” en Algérie..

…en 1970, nous aterrîmes à Dakar, où mon père prit la direction du Collège Adventiste, alors en pleine déconfiture. … Nous vivions les conséquences de la fin de l’époque coloniale. 

1972 : Séminaire Adventiste du Salève. ….. 

…Et mon père, faisant partie des “rebelles”, fut tout simplement “remercié”. Nous étions en 1974, la crise pétrolière venait d’éclater, le monde changeait, ….

… Mes parents choisirent un lieu perdu en Dordogne profonde, pas d’eau courante, pas de téléphone. Un lieu en déshérence à rebâtir…..

…J’aimais profondément le Jésus que je me représentais, mais le mépris dont mes parents, et particulièrement ma mère – la rebelle qui faisait vivre notre foyer et payait les pertes de l’activité agricole- faisaient l’objet par notre propre milieu, ainsi que les regards, paroles et attitudes sévères et désapprobateurs sur mes goûts pour la “musique du monde” détruisirent à long terme ma tolérance et ma douceur naturelle.. 

……Je faisais partie d’une Nième “génération sacrifiée”, dont les ailes étaient consciencieusement coupées pour limiter l’envol et la distance de vol…..

…Je connaissais bien la Bible, et me plaisait à enseigner ce qui ne l’était jamais … Je découvris très tôt que le Jésus des Evangiles n’avait rien à voir avec l’image que le Christianisme et l’église Adventiste présentait au grand public….

….J’avais quarante-cinq ans quand l’église locale que je fréquentais et dans laquelle je m’impliquais, me demanda d’être l’un des ses “anciens” (pasteur bénévole). .

Avec le Pasteur appointé en charge….nous oeuvrâmes pendant six belles et longues années, à exprimer et transmettre le meilleur de ce que notre compréhension de l’Évangile pouvait apporter; à accompagner et encourager les personnes à découvrir une position rassérénante dans la relation entre le Divin et l’Être Humain/l’Humanité ; à déconstruire patiemment les croyances mortifères et les mythes démoralisants, qui sabotent tout bonnement le bonheur des gens, en particuliers des personnes de bonne volonté.

…..nos propres vies se déroulaient en souffrance, aussi bien intérieurement qu’extérieurement. ….Mais fîmes connaissance avec la Joie, avec la confiance, avec la détermination et la persévérance. 

….Nous avons tous faim et soif. Nous avons tous nos peurs. Nous avons tous besoin de nourriture spirituelle. Religieuse ou non. 

…..Je puis … affirmer sans hésitation aujourd’hui que la Bible est une référence incontournable dans ce domaine. Cependant ses messages sont en grande partie voilés, mystérieux, et malheureusement pervertis par une vision religieuse. …je me joins pourtant à cette déclaration : “celui qui écoute la Parole du Divin est comme un père de famille qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes”.

…….On peut amener un âne devant la meilleure eau qui soit, mais s’il n’a pas soif il ne boira pas. … Ce petit ouvrage est donc vivement déconseillé à ceux qui savent déjà et qui “ont la vérité”

Olivier H. Sommer, 2020

Obtenez l'Ebook intégral de mon nouveau livre : 2,99€ au lieu de 6,90€

Des choses nouvelles et des choses anciennes.Découvrir son trésor dans la bible : témoignage d'un chemin