Garder le cap

Les bons capitaines

Révéler ce que l’on a dans les tripes

“C’est dans les difficultés que chacun de nous révèle ce qu’il/elle a au fond de lui/elle”

Passer par l’épreuve du feu permet de purifier un minerais. C’est ainsi que l’on obtient un métal noble et propre à son usage.

L’épreuve, dans le langage courant est synonyme de souffrance, d’angoisse, de risque d’échec, d’examen “à la loupe”, de tri, de crible, etc…

Pour une grande partie d’entre-nous qui avons plus de quarante-cinq ans, les trois dernières décennies ont vu des changements majeurs et de plus en plus rapides des paradigmes de la vie personnelle, relationnelle, sociale et professionnelle.

En 1979 j’avais 15 ans et je participais à mon premier camp kayak organisé par une organisation scoute. En 1986 cette organisation supprimait ces camps à son programme à cause d’un durcissement progressif de la législation, au nom de la sécurité. Il devint impossible pour la plupart des structures bénévoles de répondre aux contraintes. le résultat a été désatreux pour de nombreux jeunes.

Progressivement les activités au grand air sont devenues menaçantes au yeux du législateur, et les banlieues sont devenues des bombes et des zones d’exclusion et de non-droit.

Le même principe de précaution est devenu une norme de législation dont l’application s’est retrouvée utilisée avec une sauvagerie de plus en plus grande et absurde, là ou il aurait fallu du bon sens.

Mais le bon sens, quand il existe est traité comme une psychopathie.

La plus grande partie de la population est aujourd’hui destructurée : Rôles masculin/féminin explosés, couples instables, familles éclatées, enfants ballotés et insécurisés, sentimentalisme érotique exacerbé, vies professionnelles atomisées et aléatoire, pères-copains éjectés ou absents, mère esclaves et toutes-puissantes. Valeurs diluées, principes à géométrie variable, injonctions paradoxales des autorités et de la publicité.

Et les démocraties qui écrase la Vie par peur de la mort, au moins.

Un virus dont nos dirigeants se servent bien sournoisement pour finir de détruire la cohésion sociale/familiale.

C’est mon analysede la situation. De la nostalgie, forcément, mas cela ne sert à rien.

De la souffrance? Bien-heureux ceux qui ne la ressentent pas en ces temps terribles. Mais elle est omniprésente.

Pire, la violence, physique, psychologique, morale, intellectuelle, religieuse ou spirituelle, administrative, policière, étatique, parentale, filiale, personnelle (soi sur soi)

Chacun de nous est balloté comme une boule de flipper (oui c’est “has been”), et chacun a une stratégie bien a lui/elle pour garder le cap…. mais au fait, quel cap?

Il est peut-être bon de savoir quel cap je veux garder. Quel objectif atteindre…

L’autre jour je demandais à un jeune ami comment il voyait l’avenir proche, et comment il comptait l’aborder en tant qu’homme, mari, père, et professionnel. Il me répondit : “ce sont ceux qui auront le plus d’argent qui s’en sortiront, donc je fais en sorte de gagner et d’avoir un max de fric”. Ce à quoi je répondis : ” et si tes comptes sont bloqués?” “J’investis dans la cryptomonnaie” me répondit-il. Ce à quoi je rétorquais : “et en cas de black-out internet” “……..”….fin de la discussion.

Il n’y a pas de stratégie raisonnablement sûre à long-terme à suivre aujourd’hui. Un grand nombre de films et séries d’anticipation montrent bien les glaçantes épées de Damoclès suspendues sur la tête de chacun/e d’entre nous.

Je ne m’étendrai pas plus sur ce que nous pouvons tous réaliser.

Mais je reposerai ces simples questions : quel cap et comment le garder?

L’épreuve grandissante que la plupart vit depuis ces derniers mois me porte à accepter un certain nombre de choses que je ne peux changer et à déterminer un cap viable sur lequel j’ai un peu de pouvoir.

L’urgence absolue est de garder ou retrouver une sérénité intérieure qui me permette de réfléchir et d’économiser mes énergies psychiques et émotionnelles. Je DOIS rester sain d’esprit!

Pour cela je dois retrouver et me fixer :

– Sur mes valeurs les plus précieuses et les plus nobles.

– Sur ce qui me construit le coeur, le corps, l’âme, l’esprit, ce qui me fait grandir.

– Sur un cercle social réduit mais solide et noble.

– Sur quelqu’un de plus grand que moi, fiable, et qui saura m’inspirer les sentiments et comportements les plus nobles (j’encourage donc à intensifier ou à initier une vie spirituelle)

– Sur des objectifs pour le bénéfice de tous, objectifs qui dépassent ma propre vie et qui donnent de l’espoir à d’autre.

-…

La liste n’est pas exhaustive et je laisse à chacun le soin de compléter sa propre liste. Mais l’accompagnement et/ou une relation de mentorat sont des options à ne pas négliger, à l’heure de traverser les crises.

Olivier H. Sommer. Novembre 2020Les bons capitaines

Obtenez l'Ebook intégral de mon nouveau livre : 2,99€ au lieu de 6,90€

Des choses nouvelles et des choses anciennes.Découvrir son trésor dans la bible : témoignage d'un chemin

« Des choses nouvelles et des choses anciennes » (Conclusion : Extraits)

Couverture du livre

CONCLUSION

J’espère avoir permis au lecteur de cheminer  quelques pas avec moi, et de découvrir des perspectives rassurantes et excitantes à la fois,  en matière de foi, de représentation du Divin, de rapport à la Bible.

Il y a encore beaucoup à dire.

J’aborderai bien d’autres sujets dans de futures publications, car ils torturent plus d’une personne croyante et interpellent encore plus les non-croyants qui cherchent des réponses.

Olivier SOMMER, Pasteur, Coach d’Hommes et de Dirigeants.

©Juillet 2020

Obtenez l'Ebook intégral de mon nouveau livre : 2,99€ au lieu de 6,90€

Des choses nouvelles et des choses anciennes.Découvrir son trésor dans la bible : témoignage d'un chemin

« Des choses nouvelles et des choses anciennes » (Chapitre 6 : Extraits)

Couverture du livre

L’EGLISE

Le mot “église” est issu du grec ekklesia ( ἐκκλησία), qui signifie “assemblée” .

Écrit avec un E majuscule, le mot désigne la communauté mondiale des chrétiens ou une dénomination/confession religieuse. 

Le verbe grec dont est originaire le mot ekklesia, signifie “convoqué”.

Un collectif d’humain convoqué, assemblé autour d’une raison d’être noble, d’un sens ennoblissant, et d’un programme ambitieux donnés par la vision d’un Leader sûr, authentique et inspirant.

Une assemblée de chrétiens au service d’une mission exigeante : adorer, rendre gloire au Divin, en apprenant, vivant, témoignant, et enseignant ce qu’est son Amour à chaque membre de la communauté des humains. A ceux qui sont en attente.

Reprenons chaque terme voulez-vous?

……..

L’Église est un construction de Jésus, un projet Divin a priori incontournable. Elle est pourtant source de souffrances et souvent irréaliste, non pragmatique et de toute façon perfectible. Heureux ceux qui y rentrent, heureux ceux qui peuvent un jour s’en détricoter sans jeter le bébé avec l’eau du bain.

J’ai un rapport douloureux à l’Eglise, tout en reconnaissant les mérites de beaucoup de personnes qui la maintiennent et la servent, tout comme celles qui restent et apportent leur contribution à ce projet. 

Fasse qu’un jour ma maturité et mon humilité soient telles que je puisse m’intégrer pleinement à nouveau dans une assemblée. Ou en créer une pour les souffrants et les isolés.

Olivier H. Sommer ©2020

Obtenez l'Ebook intégral de mon nouveau livre : 2,99€ au lieu de 6,90€

Des choses nouvelles et des choses anciennes.Découvrir son trésor dans la bible : témoignage d'un chemin

« Des choses nouvelles et des choses anciennes » (Chapitre 5 : Extraits)

Couverture du livre

L’AMOUR

Francis Cabrel chante, sur un blues fondamental dont il a le secret : “on croyait tout savoir sur l’amour depuis toujours” (Sarbacane). …..

…Entre : j’aime mon jouet, j’aime mon travail, j’aime le sexe, j’aime mon vêtement, j’aime mon chien, j’aime ma fille,  j’aime mon mari, j’aime le Divin, j’aime mon prochain, et je m’aime, il est en effet difficile de savoir ce qu’est l’Amour.

La langue française ne nous sert pas spontanément une juste représentation de l’Amour dans son acception la plus noble. Et je serais extrêmement prétentieux si je prétendais l’avoir compris dans son entièreté. 

“Le verbe français « aimer » peut renvoyer à une grande variété de sentiments, d’états et de comportements, allant d’un plaisir général lié à un objet ou à une activité (« j’aime le chocolat », « j’aime danser ») à une attirance profonde ou intense pour une personne (« Roméo aime Juliette ») ou plusieurs personnes (« Il aime ses enfants »). Cette diversité d’emplois et de significations du mot le rend difficile à définir de façon unie et universelle, même en le comparant à d’autres états émotionnels.” (Wikipedia)

Cependant, je ne vais pas me dérober, et je vous propose donc une direction de recherche, un parcours de découverte, jalonné de quelques étapes importantes.

Les différentes “amours”.

Je pense utile de poser quelques repères concernant les différentes situations relationnelles et sentimentales à propos desquelles nous employons le verbe “aimer”.

  • “J’aime mon jouet” : ….. En réalité je n’aime pas mon jouet, mais je suis attaché à celui-ci pour les émotions et les sensations psychiques et physiques confortables et agréables que sa vue, sa possession, son utilisation me procurent. ….

  • “J’aime mon travail” : Que me procure ce travail ? A quel(s) besoin(s) répond-il? Quelles valeurs nourrit-il? .… En réalité je n’aime pas mon travail : je satisfais des besoins primaires, …. et de liens grâce à lui…
  • “J’aime ce vêtement” : parfois centré sur l’esthétique pure, parfois sur son confort, parfois sur l’image qu’il projette de la personne qui le porte, .. L’expression “j’aime”, encore une fois, ne révèle pas ce qui la sous-tend….
  • “J’aime le sexe” : …. …. Je n’aime pas le sexe, c’est ce que je ressens et que je trouve qui me fait du bien, …. 
  • “J’aime mon fils” : l’expression commence à prendre un sens potentiellement plus “noble”, …il s’agit d’une relation …basée sur un sentiment protecteur et de responsabilité …rempli de confiance et de bienveillance .. Il s’agit normalement moins de moi que de lui…
  • “J’aime ma femme” : ..Quand l’amour est-il mûr et complet? Tout à la fois désirant, désintéressé, inconditionnel, complice, protecteur, et promouvant, encourageant, présent, respectueux et serviteur, autorité et liberté? 

…..Ne trouvez-vous pas que l’on touche, là, à un amour beaucoup plus grand, plus profond, que tout ce que l’on a vu jusqu’à présent? ….

 ——–

 ….Ce qui m’intéresse, et peut aussi intéresser les lecteurs, c’est que LE message central, La réalité augmentée à laquelle l’Homme est destinée dès l’origine, le Logiciel “∞.0” que le Divin désire faire fonctionner dans nos êtres, dans nos coeurs, traverse de bout en bout les époques de rédaction de la Bible et est plus actuel que jamais. C’est l’Amour…

Olivier H. Sommer, ©2020

Obtenez l'Ebook intégral de mon nouveau livre : 2,99€ au lieu de 6,90€

Des choses nouvelles et des choses anciennes.Découvrir son trésor dans la bible : témoignage d'un chemin

« Des choses nouvelles et des choses anciennes » (Chapitre 4 : Extraits)

Couverture du livre

La FOI

Croire est une décision. Une adhésion que l’on a accordé. Et uniquement cela. Personne ne peut forcer l’autre à croire quelque chose. …

….Il n’est pas nécessaire d’avoir des preuves pour croire, il s’agit même d’un non sens.

….C’est vers 48 ans que je vécu un événement qui allait bouleverser mon rapport à la Foi.……

….Ma politesse l’emporta et je décrochais en maugréant.

Bonjour mon chéri, je ne veux pas te déranger mais voici : j’étais en train de prier quand j’ai senti l’impérieux devoir de te t’appeler sans tarder, pour te dire combien je t’aime, et combien je pense à toi.”…

….Je laissais tomber mon téléphone et m’effondrais en sanglotant. …Quel symbole phénoménal : le Divin se servait de mon père terrestre, pour répondre à ma propre demande. ….

Est-ce que je crois en l’existence du Divin? NON! Je n’y crois plus, … Je SAIS! ……Mais est-ce que j’en ai intégré toutes les implications dans mon être, et ma vie? Certes pas, malheureusement… 

….Mais cela change tout, parce que cela change mon regard sur moi, ma vie, le monde. …..

…… Dans beaucoup de domaines d’ailleurs, la foi est le parfait synonyme de la fidélité. Resté attaché à, quelques soient les circonstances….c’est là que cela devient difficile. …C’est un vrai défi à long terme.

……La Foi est-elle donc le fait de croire dans le Divin, et ne pas avoir la Foi, le fait de ne pas y croire?

C’est un raccourci que je n’emprunte plus. 

…Si je veux résumer, la Foi est donc, à mon sens, l’adhésion à plus grand que moi, …. Mais la Foi sans l’Amour, c’est une catastrophe. … Une puissance qui est destructrice si elle est sans l’Amour.


Olivier H. Sommer ©2020

Obtenez l'Ebook intégral de mon nouveau livre : 2,99€ au lieu de 6,90€

Des choses nouvelles et des choses anciennes.Découvrir son trésor dans la bible : témoignage d'un chemin